Impressions de Venise 2015 (4)

Je me trouvais au pavillon arménien lorsque Adelina Cüberyan v. Fürstenberg est rentrée en tenant le Lion d’or dans ses bras.


Il est clair que les circonstances historico-politiques ont primé pour l’attribution de cette récompense. Certes, l’Isola de San Lazzaro degli Armeni est un lieu magnifique et un havre de paix au milieu de l’excitation vénitienne. Certes encore, l’exposition ‘Armenity’ est de grande qualité. Bien qu’assez inégale, elle recèle quelques oeuvres intéressantes : celles de Mekhitar Garabedian 
Ou celle de Nina Katchadourian.

Ma biennale touche à sa fin. Beaucoup d’autres choses ont retenu mon attention, il ne s’agissait, avec ces ‘Impressions’, que de garder quelques traces personnelles d’une visite, avant toute analyse ou réflexion. De fixer subjectivement les étapes de mes déambulations.

Impressions de Venise 2015 (3)

Ce vendredi, petit-déjeuner avec le Wiels et retour à l’Arsenal, pour revoir, réfléchir et confirmer les premières impressions. Pour aller jusqu’au bout du ‘Jardin de la Vierge’ et découvrir l’installation de  Sarah Sze.

Jean-Marie Straub


Harun Farocki

Chris Marker sous le ciel d’images de Kutlug Ataman

Le soir, face à la Giudecca, au coucher du soleil, a lieu une performance de Saadane Afif : un acteur, grimpé sur un cageot, déclame des poèmes face au canal. Moment magique !

Et puis, il y a Venise,

 Où l’on voudrait rester plus longtemps pour tout voir, tout cuisiner, tout déguster 

  

  

 

Impressions de Venise 2015 (2)

La journée a commencé et s’est terminée par des choix de collectionneurs. Le matin, Walter Vanhaerents présentait quelques oeuvres de sa collection sous le titre´Heart break Hotel’ à la Giudecca


Et le soir, c’est Axel Vervoordt qui présentait ‘Proportio’ au Palazzo Fortuny. On y trouve, parmi d’excellentes pièces, une formidable peinture d’Agnes Martin à laquelle répond la sculpture de Lucia Bru. On regrettera cependant que l’éclairage parcimonieux ne soit pas aux service de la bonne visibilité des oeuvres.

Je me suis ensuite rendue au pavillon central. Le même esprit et la même qualité qu’à l’Arsenal y règne. Parmi les oeuvres, je mentionnerai particulièrement la salle associant les photographies de Walker Evans et une série de maquettes de projets d’expositions de Isa Genzken


La triple projection d’Alexander Kluge autour du projet de réalisation du Capital de Marx par Eisenstein

 

 

La salle de Jérémy Deller

Et bien sûr l’Arena qui offre à chaque passage de nouvelles surprises ( bien plus que la lecture du Capital).


Après deux jours de visites incessantes, j’affirme que cette biennale est excellente !  Et pas forcément du côté des pavillons où le meilleur côtoie le pire ou qui provoquent l’indifférence, mais du côté de l’exposition conçue par Okwui Enwezor, ‘All the World’s Future’. Le propos est radicalement politique et engagé : une parole d’aujourd’hui qui s’appuie sur le présent et le passé pour tenter de construire un futur inédit. C’est aussi le propos du pavillon belge de Vincent Meessens et Katerina Gregos, ´Personne et les autres ´. Dans les deux cas, le caractère inévitablement discursif du propos s’incarne dans des formes plastiques fortes et poétiques.
 

Impressions de Venise 2015 (1)

Mercredi 6 mai :

Première journée professionnelle. L’Arsenal et les Giardini sont ouverts aux “professionnels de l’art”, et ils sont nombreux… Je profite de la première heure pour visiter les pavillons devant lesquels, habituellement, de longues queues empêchent toute visite : l’Allemagne, Le Royaume-Uni et la France. Aucun de ces trois pavillons ne me retient particulièrement. Il y a quelque chose d’artificiel dans le “display” du pavillon allemand, j’ai trop de mal avec le kitch pour apprécier le travail de Sarah Lucas dans le pavillon de Grande-Bretagne et l’intervention pseudo écologique de Céleste Boursier-Mougenot me laisse de glace.

Installation vidéo de Hito Steyerl au Pavillon allemand.


Une sculpture mobile de Céleste Boursier-Mougenot au Pavillon français


Une sculpture de Sarah Lucas au Pavillon de Grande-Bretagne

 

Je me rends ensuite à la conférence du Pavillon belge occupé cette année par le projet de Vincent Meessen “Personne et les autres”. L’artiste a invité dix artistes originaires des quatre continents, autant de voix et de positions qui s’associent dans une polyphonie autour des échanges entre l’Europe et l’Afrique pendant la période de la modernité coloniale et ses prolongements. Au centre de l’exposition, le nouveau film de Vincent Meessen retrace et réinterprète le texte de l’ancien étudiant situationniste congolais M’Bello Ya M’Piku écrit en 1968 sous la forme d’une rumba enregistrée à Kinshasa dans le club du légendaire musicien Franco Luambo. Le pavillon dans son ensemble prononce une parole d’aujourd’hui en s’appuyant sur le passé et en dégageant des perspectives pour le futur. Remarquable.

Le drapeau qui flotte au dessus du pavillon est signé Adam Pendleton

  

Quelques images du Pavillon :”Un Deux Trois” de Vincent Meessen

  

“Essay on Urban Planning” de Sammy Baloji 

  

et “M’Fumu” d’Elisabetta Benassi

  
L’après-midi a été consacrée à la visite de l’exposition principale, “All the World’s Future” à l’Arsenal. Son ouverture évoque celle d’un opéra : les néons de Bruce Nauman sont associés aux machettes d’Adel Abdessemed. Autour des installations d’instruments de musique de Terry Adkins, un choeur imaginé par Jennifer Allora et Guillermo Calzadilla déambule sans se soucier de la foule.

   Plus loin, l’installation de Katharina Grosse clôture cette “ouverture”.

 L’ensemble de l’exposition est très fort, il forme une formidable constellation à entrées et lectures multiples. Parmi les oeuvres qui ont plus particulièrement retenu mon attention, il y a l’herbier singulier de Taryn Simon

  Le film de Steve McQuenn

   

Et “The Other Memorial” de Sammy Baloji.

  
 

Impressions de Venise 2015 (0)

Arrivée ce midi à Venise pour l’ouverture de la 56ième biennale.

Les gigantesques yachts sont installés à la hauteur de la Punta Dogana et le long du quai entre l’Arsenale et les Giardini. Comme d’habitude. L’appartement que j’occuperai jusqu’à dimanche est plein d’un charme désuet. Par la fenêtre, on aperçoit la lagune derrière la frondaison des marronniers. Cette première après-midi a été toute occupée à renouer avec les charmes de la ville : la lumière, ses reflets changeants dans l’eau, le ronronnement des moteurs des bateaux, un spritz sur une terrasse ombrée …


Ce soir, YARAT inaugurait ´The Union of Fire and Water’ au Palazzo Barbaro. L’exposition se présente comme une superposition historique et culturelle de Bakou et de Venise au travers des yeux de deux artistes, Almagul Menlibayeva et Rashad Alakbarov. Le Palazzo est partie prenante du parcours puisqu’il fut la résidence de Giosafat Barbaro, un ambassadeur vénitien qui a voyagé en Azerbaïdjan à la fin du quinzième siècle. On en retiendra principalement les installations de Rashad Alakbarov, surtout son labyrinthe d’escaliers (Omnes Viae Ducunt Venetias) et le palais lui-même…